29/05/1998

En me laissant glisser dans les bras de Morphée,
Je rêve que c’est toi me serrant tendrement.
L’amour est merveilleux, rêves réalisés
Et réalité aux merveilleux accents.

Mais quand je me réveille, il s’est envolé,
Emportant avec lui mes plus beaux espoirs.
Je n’ose plus m’endormir, craignant les cauchemars,
Plus personne n’est là pour me réconforter.

J’aime être auprès de toi, t’écouter tendrement,
Ces trop brefs instants de bonheur, je les attends
Avec impatience, tout au long de ma vie.

Mais aujourd’hui, tu ne m’aimes pas, tu me fuis.
Puisses tu un jour changer d’avis, tous les deux
Nous prendrons alors le chemin des amoureux.

28/05/1998

Depuis ce jour ou nos regards se sont croisés,
Je me languis de toi, ton visage me hante,
Malheureusement tu semble m’ignorer,
Ainsi qu’un grand seigneur méprise sa servante.

Aujourd’hui je ne t’attire pas, mais l’amour,
Ce sentiment profond n’est pas raisonnable.
Il fait battre mon cœur au rythme d’un tambour,
Et me rend espoir de t’être un jour agréable.

Souvent je doute, je ne sais plus ou j’en suis,
Est-ce toi que j’aime, ou est-ce une illusion ?
Mais j’ai besoin d’amour et tu es si gentil.

Mon cœur est attiré vers le tien, électron
Gravitant tout autour d’un atome, de même
Qu’un papillon tout près d’une flamme : je t’aime.